Observatoire francophone des TI

Association science et bien commun: une véritable science citoyenne

Association science et bien commun: une véritable science citoyenne

9 octobre 2013

La recherche qui s’enferme dans une tour d’ivoire, très peu pour Florence Piron. La professeure au Département d’information et des communications de l’Université Laval plaide pour une démocratisation profonde de la science. Voilà pourquoi, lors du Forum mondial des sciences sociales, elle braquera les projecteurs sur la science collaborative et la science citoyenne.

Pour elle, la science ouverte ne devait pas se limiter au partage gratuit des articles scientifiques, mais devait favoriser l’accès libre à tout ce qui constituait « la littérature grise », soit les rapports de recherche, les carnets de laboratoire et les données brutes.

Exiger une telle transformation des pratiques scientifiques constitue une façon, a-t-elle dit, « de résister à la pourriture de la science » engendrée par « la marchandisation du savoir ». Elle a ciblé plus particulièrement les dérives dans le domaine biomédical, en évoquant l’opacité derrière laquelle se sont cachées des recherches universitaires financées par les sociétés pharmaceutiques.

Source : Le Devoir

Pour en savoir plus

Version imprimable Version imprimable

Vu 1 368 fois