Observatoire francophone des TI

Citoyens sous surveillance

Citoyens sous surveillance

6 septembre 2014

Les traces laissées sur Internet nous suivent pas à pas…

En cette ère du numérique, tout finit par se savoir. Le fait de vouloir cacher des choses sur sa vie peut même conduire les autorités à nous suspecter de tremper dans des activités criminelles. Et c’est justement ce type d’expérience qu’a vécu récemment la sociologue américaine Janet Vertesi. Sachant que les réseaux sociaux représentent une mine d’or pour les entreprises de produits pour bébés, la chercheuse a choisi sciemment de ne laisser aucune trace de sa grossesse sur Internet. Elle a également évité de payer par carte de crédit tous les achats reliés à l’enfant à venir, bien au courant que ces données sont elles aussi revendues par les publicitaires. Avec le résultat que son profil a été fiché, ultime conséquence de ce comportement jugé étrange.

L’histoire est racontée par Stéphane Roche, professeur au Département des sciences géomatiques pour illustrer les dérives possibles en matière de réseaux sociaux. «On est visible en permanence, et oui, il y a un aspect de contrôle qui est inquiétant», affirme Stéphane Roche, qui donnera une conférence sur le sujet à la bibliothèque Gabrielle-Roy le 11 septembre à 19 h. Titre de son exposé: «Des citoyens-capteurs aux médias sociaux: de nouveaux indicateurs pour une nouvelle urbanité?»

Source : Le Fil

Pour en savoir plus

Version imprimable Version imprimable

Vu 993 fois