Observatoire francophone des TI

Il n’y a pas de «Cyber Pearl Harbor»

Il n’y a pas de «Cyber Pearl Harbor»

21 mars 2013

Personne n’a encore démontré que les grands systèmes informatiques sont aussi vulnérables qu’on le dit.

Cyber Pearl Harbor. L’expression, qui fait allusion à l’attaque-surprise de l’aviation japonaise envers la flotte américaine du Pacifique en 1941, a été employée pour la première fois, en octobre dernier, par le secrétaire à la défense états-unien. Dans un discours, Leon E. Panetta soulignait la vulnérabilité croissante du pays face aux pirates informatiques de l’étranger capables, selon lui, de perturber des secteurs stratégiques comme l’électricité, les transports et les banques.

Pour Stéphane Leman-Langlois, professeur à l’École de service social et expert en sécurité informatique, il ne fait pas de doute que les incidents cybernétiques majeurs survenus depuis quelques années dans le monde sont à prendre au sérieux. «Mais les analogies avec le 11-Septembre ou Pearl Harbor sont exagérées, nuance-t-il. Je pense que la réaction des gouvernements dépasse de beaucoup le niveau de risque encouru. L’extrême vulnérabilité des grands systèmes informatiques n’est pas du tout démontrée.»

Source : Le Fil

Pour en savoir plus

Version imprimable Version imprimable

Vu 732 fois