Observatoire francophone des TI

Les effets de l’intelligence artificielle sur le travail

Les effets de l’intelligence artificielle sur le travail

13 avril 2018

L’intelligence artificielle (IA) est une discipline scientifique dont les fondements remontent aux débuts de l’informatique, dans les années 1940 et 1950, et dont la finalité est la reproduction de fonctions cognitives par l’informatique. En janvier 2017, le gouvernement français a lancé #France IA, une démarche de mobilisation de la communauté française de l’IA dont l’objectif principal est d’élaborer une stratégie nationale. Ainsi, de février à mars 2017, chercheurs, entreprises et acteurs institutionnels ont défini les grandes orientations de cette stratégie.

France Stratégie a ensuite étudié les impacts de l’IA sur le travail, la question clé étant de savoir si celle-ci « représente une rupture technologique telle que le travail s’en trouvera transformé de manière brutale, avec des répercussions importantes sur l’emploi, ou si elle s’inscrit dans la continuité des transformations numériques à l’œuvre depuis plusieurs décennies ».Trois secteurs ont été examinés, soit ceux de la santé, de la banque de détail et des transports.

Selon le rapport, l’IA entraîne une transformation des tâches. Elle permet de réaliser des tâches autrefois impossibles à effectuer, car trop fastidieuses ou non rentables, d’automatiser des tâches et d’apporter une assistance à la prise de décision. Toutefois, les dispositifs à la base de l’IA semblent complémentaires aux tâches réalisées par l’humain et ne sont donc pas une complète substitution.

L’IA transforme par ailleurs les qualifications. Lorsqu’elle est responsable des tâches élémentaires, les tâches complexes sont confiées à l’humain, entraînant alors une hausse du niveau de compétence nécessaire. Par contre, lorsque les tâches compliquées sont accomplies par un traitement automatique, l’humain peut voir sa qualification diminuer. Pour répondre aux enjeux soulevés par l’IA, les rapporteurs recommandent de lancer un chantier prospectif pour anticiper ses effets et accompagner les acteurs, de former des travailleurs très qualifiés pour produire l’IA et des travailleurs conscients des enjeux techniques, juridiques, économiques et éthiques soulevés par l’utilisation de ces outils et finalement de renforcer la sécurité des parcours professionnels dans les secteurs hautement touchés par le risque d’automatisation.
Source : L’Observatoire de l’École nationale d’administration publique

Intelligence artificielle et travail – En français – 90 pages (PDF)

Version imprimable Version imprimable

Vu 323 fois