Observatoire francophone des TI

Objectif numérique : Vers des sociétés numériques et durables

onnées massives, intelligence artificielle, villes et territoires intelligents, environnement, éthique : autant de sujets qui seront abordés lors du colloque Objectif Numérique 2017 – Vers des sociétés numériques et durables, présenté du 30 octobre au 1er novembre, 8h30 à 17h, à l’Université Laval.
Au fil de trois jours bien remplis, une trentaine de conférenciers viendront y présenter perspectives et expériences, question d’animer les échanges et discussions actuels autour de l’intégration du numérique dans nos sociétés. Issus du milieu de la recherche (Université Laval, Polytechnique Montréal) autant que du milieu des affaires (Google, Thales) et d’organismes publics ou parapublics (ONU, Ville de Québec, PROMPT, CEFRIO), les présentateurs aborderont des sujets qui sont, aujourd’hui, à l’ordre du jour dans toute organisation préoccupée par les questions liées aux technologies.
Cet événement est une initiative de l’Institut Technologies de l’information et Sociétés (ITIS), de l’Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société (Institut EDS), du Centre de recherche en donneés massives (CRDM_UL), du Centre de recherche en géomatique (CRG) et de l’Unité mixte de recherche en sciences urbaines (UMRsu), tous issus de l’Université Laval.

Numérique et engagement citoyen: défis et succès

Nos gouvernements se transforment grâce au numérique. La population, elle, se rapproche de plus en plus des décideurs par le biais de nouveaux outils de communication et de participation. Plus que jamais, les citoyens peuvent être sollicités afin de travailler de concert avec les administrateurs dans la construction de nos sociétés : un changement qui apporte autant défis que promesses de succès.
Conférencier : Sehl Mellouli, professeur, Département de systèmes d’information organisationnels (SIO), Université Laval

Faire porter la voix des citoyens

Faire porter la voix des citoyens

14 septembre 2017

Plus que jamais, les gens s’expriment sur le Web. Les Facebook, Twitter et autres plateformes numériques se font désormais les porte-voix de citoyens branchés qui émettent leurs préoccupations sur une foule de sujets qui les concernent. Parallèlement, un nombre grandissant de décideurs encouragent la participation en ligne pour recueillir, sur des pages destinées à cette fin, les commentaires des internautes à propos de divers sujets. Mais ce bourdonnement d’opinions sert-il au bout du compte? Peut-il être utile aux administrateurs de nos sociétés et, si oui, comment?

La technologie peut-elle améliorer la démocratie?

La technologie peut-elle améliorer la démocratie?

7 août 2017

Le lundi 13 février 2017, la Chaire publique de l’AELIÉS proposait la conférence «La technologie d’aujourd’hui peut-elle améliorer la démocratie?». Cinq intervenants, incluant deux chercheurs de l’Université Laval, s’y sont prononcé sur diverses thématiques, incluant des exemples de succès, l’état de la démocratie et du nuémrique, le défi du droit de vote électronique. L’événement est maintenant disponible en ligne, pour visionnement.

La technologie peut-elle améliorer la démocratie?

La technologie peut-elle améliorer la démocratie?

14 février 2017

Au cours des deux dernières décennies, l’accès à l’information et la possibilité de participer aux débats publics se sont largement accrus grâce au web, notamment. Certains n’hésiteront pas à dire qu’il s’agit là d’une victoire pour la démocratie. Mais la technologie est-elle aussi une menace pour la souveraineté populaire?

Page 1 sur 5123